Le monstre sacré d'hollywood: Anthony hopkins

Publié le par yakapa

Anthony Hopkins est sans doute l'un des plus célèbres acteurs seniors du monde et sans doute l'un des plus doués de sa génération. Et il n'est pas près de prendre sa retraite puisqu'il est encore à l'affiche qu'il partage avec Benicio del toro dans Wolfman.

anthony-hopkins-2.jpg

Au début des années 60, Anthony Hopkins rejoint Sir Laurence Olivier au Théâtre National Britannique. Il devient alors vite l'une grandes figures de la scène d'outre-manche. C'est en 1967 qu'il débute sur grand écran, dans the white bus., avant d'être véritablement remarqué, un an plus tard, dans un lion en hiver.

Après de multiples apparitions dans des seconds rôles, au cinéma comme à la télévision, Hopkins refait fait parler de lui en 1977 grâce à rose Audrey de wise Robert  puis l'année suivante avec Magic richard attenborough. Il joue ensuite des premiers rôles pleins d'humanité dans des films comme Alepahnt man de david linch, 1980), ou le remake du bounty.

Très présent sur le petit écran dans les années 80, Anthony Hopkins devient mondialement célèbre en 1991, grâce à son interprétation du terrifiant Hannibal Lecter dans le silence des agneaux, rôle qui lui vaut un Oscar. Il reprend avec délectation ce personnage fascinant en 2001 et 2002, dans hannibal et dragon rouge de brett ratner.

Dans les années 90, Anthony Hopkins est, pour james ivory, homme d'affaire au coeur sec dans retour a edwards end les vestiges du jour (1992) et majordome élégant et secret dans  (1993). Il est ensuite tour à tour pourfendeur de vampires dans dracula (1992), homme politique dans nixon (1995), patriarche richissime dans Rencontre avec joe Black (1998) et justicier vieilli mais plein de panache dans Le masque de Zorro (1998).

Anobli par la Couronne Britannique en 1993, citoyen américain en 2000, régulièrement nommé aux Oscars et Golden Globes, Anthony Hopkins, légende du septième art, garde intact sa soif de jouer. Très actif et éclectique, l'acteur entame ainsi le nouveau millénaire en force, abordant aussi bien le drame (Coeur perdu en atlantide, la couleur du mensonge), la comédie (bad compagny) que la fresque historique (alexandre).

Il continue d'incarner des personnalités réelles, mais à dans des histoires plus proches de notre époque et, surtout, plus modestes, que ce soit un juge (les fous du roi, de Steven Zaillian), ou un retraité passionné de vitesse (burt mureno), ou un protagoniste de l'assassinat de Bobby Kennedy (bobby). Il revient également à la réalisation avec , un film sur lequel il est également acteur et compositeur (Hopkins est un pianiste accompli), mais pour lequel il peine à trouver un distributeur. En 2007, dans la legende beowulf, il prête - littéralement - ses traits au roi Hrothgar par le biais du procédé de performance capture, censé être pus fidèle au jeu des acteurs que les traditionnelles méthodes de captation de mouvement.





Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article