Handicapé et retraité main dans la main au festival d'angoulême

Publié le par yakapa

Si l'essentiel est de participer, gagner un prix, c'est encore mieux! C'est ce dont peuvent être fiers résidents de la maison de retraite les Jardins d'Escudié à la Madeleine, et personnes handicapées mentales du foyer de l'ADAPEI à la Renaudié. Sur près de 800 candidatures, ils viennent de remporter le deuxième prix dans la catégorie déficience intellectuelle, au concours international de bande dessinée, proposé par l'association l'Hippocampe au festival d'Angoulême. Après le spectacle du « mimothérapeute » Christian Albouy, qui a chauffé la salle, les 16 participants ont reçu tout sourire, chacun un diplôme des mains de Julien Dupouy et Thomas Bernard, des Requins Marteaux. Et en cadeau, le Pinocchio de Winschluss des Requins Marteaux, prix du meilleur album 2009 au 36ème festival d'Angoulême. C'est l'élue aux Ainés, Josette Bouin, qui le leur a remis au nom de la ville d'Albi.

«echange humain»

Depuis octobre dernier à l'initiative d'Anne Renier, animatrice de la maison de retraite, ces hommes et femmes de toutes générations ont collaboré chaque semaine. A partir de « La maison magique », thème imposé, ils ont élaboré un scénario et peint les planches de dessins. Par ce concours, l'Hyppocampe met en lumière les personnes handicapées et favorise créativité et expression de leur sensibilité.

Cela s'est avéré témoigne Anne Renier: «Ce partenariat a été riche, certains participants m'ont surpris par leur sensibilité; ils ne l'auraient peut-être pas exprimée autrement. Le dessin a tissé des liens, une telle osmose s'est installée entre eux, qu'ils n'avaient plus besoin de parler. » «L'échange humain qu'a suscité ce rapprochement de générations a été formidable », abonde Solvène Kaczmarek, directrice des Jardins d'Escudié.

Anne-Marie, pensionnaire, est très émue: «Au début je ne voulais pas participer, c'est Anne qui m'a encouragée; finalement j'ai aimé peindre. Ce prix me fait chaud au cœur. » « Nos rencontres sont colorées et intenses, dit Anne, elles n'en resteront pas là.» Retraités et handicapés vont ensemble poursuivre un travail de BD, et participer à des projets éducatifs avec le musée d'Albi avec des sorties à la clé: « On cherche à rencontrer des publics variés, en appelle Chantal Sabrazat chef de service à l'ADAPEI; on est ouvert à toute proposition de contact.»

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article