Assurance vie. Un placement vraiment intéressant?

Publié le par yakapa

Nombreux sont les séniors qui ont souscrit à une assurance vie. Mais est ce un bon plan?

 

  

Cette assurance reste l'un des principaux moyens de se constituer une rente pour sa retraite.

Contrairement à l'assurance décès, l'assurance-vie orientée vers l'épargne n'est pas versée qu'en cas d'accident mortel. Au contraire, c'est un formidable outil pour se constituer une rente ou un capital à l'âge de la retraite, d'autant qu'il offre une fiscalité avantageuse. En France, c'est le placement préféré des épargnants. Selon la Fédération française des sociétés d'assurance (FFSA), «la constitution d'un complément de retraite reste le principal objectif recherché. Tout le monde peut ouvrir un ou plusieurs contrats d'assurance-vie. Sans limite de montant, ni d'obligation de versement, ce placement permet également de récupérer à tout moment son épargne. Et en cas de décès, les sommes sont reversées aux bénéficiaires désignés.

 

Quels contrats ?

L'assurance-vie se présente sous diverses formes, selon son profil d'investisseur. Le premier, le contrat monosupport en euros, est destiné aux plus prudents. Le rendement est garanti par l'assureur. En toute logique, il est plafonné, en règle général autour des 4.30% net par an en 2008. Le second, le contrat multisupports, permet de bénéficier des performances de la Bourse et d'assurer un rendement moyen avec des fonds en euros. Le souscripteur peut choisir lui-même les fonds dans lesquels il investit, ou d'en déléguer sa gestion à un professionnel. Là encore, tout dépend de son profil. Le plus prudent optera pour une majorité de fonds en euros, quand le plus «dynamique» optera pour un maximum de fonds en actions. Enfin, existent les contrats multisupports NSK, pour Nicolas Sarkozy, institués en 2005. Ils doivent être constitués d'au moins 30% d'actions, de 10% de titres dits risqués et de 5% de titres «non cotés».

 

Quelle fiscalité ?

L'assurance-vie offre une fiscalité avantageuse. L'épargnant a le choix entre être soumis au régime de l'impôt sur le revenu ou au prélèvement libératoire au taux de 35% avant quatre ans, de 15% entre quatre et huit ans et de 7.5% au-delà. Les épargnants sont alors exonérés des plus-values jusqu'à 4 600 euros par an pour une personne seule, ou 9 200 euros pour un couple. De même, les prélèvements fiscaux baissent durant ces périodes. De 46% avant quatre ans, ils baissent à 26% entre quatre et huit ans, puis à 11% au-delà. Le contrat NSK offre également la possibilité d'échapper à la taxe de 7.5% sur les plus-values sur les contrats de plus de huit ans.

 

Quels frais ?

Ces produits contiennent des frais de dossiers, lesquels s'échelonnent entre 20 et 50 euros. Pour chaque versement, ces contrats supportent des prélèvements allant de 0% à 5%. Des frais annuels, fixés à environ 0.6%, sont déduits chaque année.

Publié dans Initiatives

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article